Espace employeurs - GRH Poitou-Charentes

Personnaliser le contenu du site

Veuillez spécifier ou modifier les caractéristiques de votre entreprise/organisme

  • Votre secteur
  • Votre statut
  • Votre effectif
  • Votre code postal
Type d'activité

Saisissez votre code NAF ou un ou plusieurs mot de l'intitulé de votre convention collective

Code postal

Saisissez votre code postal

Masquer les critères

Activité partielle et maintien dans l’emploi

Pour atténuer les répercussions d’une baisse d’activité, les employeurs peuvent être amenées à réduire la durée du travail ou à suspendre de façon temporaire leur activité pour des raisons économiques ou de circonstances exceptionnelles (sinistres, intempéries…). Les salariés concernés peuvent alors être placés en activité partielle (ou chômage partiel).

Une formule encouragée par les pouvoirs publics pour atténuer les incidences sur la rémunération des salariés et éviter les licenciements.


Les employeurs sont aussi invités à privilégier l'organisation de formations en lieu et place de la mise en activité partielle, et s'ils ont recours à ce dispositif, à former les salariés concernés.

Des accords de maintien dans l’emploi peuvent aussi être conclus pour préserver l’emploi en cas de difficultés conjoncturelles en aménageant la durée du travail, ses modalités d’organisation et de répartition ainsi que la rémunération des salariés visés.

Activité partielle

Les employeurs doivent verser à leurs salariés mis en activité partielle une indemnisation pour compenser les pertes de salaire. Ils peuvent obtenir une aide financée par l'Etat et l'Unédic couvrant en tout ou partie cette indemnisation. Ils sont invités à optimiser les périodes de baisse d'activité pour former leurs salariés (pendant ou hors temps de travail) et renforcer leur qualification.

Références : Articles L. 5122-1 à 5 et D. 5122-1 à 19 du Code du travail.

Fiche actualisée le 30/01/2018

Entreprises éligibles

Toute entreprise réduisant la durée du travail en deçà de 35 h (ou de la durée conventionnelle si elle est inférieure) ou fermant de façon temporaire tout ou partie d'un établissement, en raison de la conjoncture économique, de difficultés d’approvisionnement, d’opérations internes de transformation, restructuration ou modernisation ou de circonstances exceptionnelles (sinistres, intempéries…). L’interruption du travail doit être limitée (12 mois maximum).

En cas de réduction collective de l'horaire de travail, les salariés peuvent être placés en position d'activité partielle individuellement et alternativement.

Sont également concernées :
- les entreprises en redressement judiciaire dans la perspective de leur reprise (y compris après la reprise)
- les entreprises de sous-traitance affectées par les difficultés de leur donneur d’ordre.

Conditions

Pour toute heure de travail perdue, l'employeur doit verser aux salariés concernés (sauf dans quelques secteurs) une allocation fixée à 70 % de leur rémunération horaire brute (100 % du salaire net pendant les heures éventuelles de formation, de bilan ou de VAE). Cette indemnisation est exonérée de charges sociales patronales (sauf CSG et CRDS) et de taxe sur les salaires. 

Il doit assurer aux salariés une rémunération mensuelle minimum égale, pour un temps plein, à 151,67 h x Smic horaire aussi longtemps que la réduction d’horaire se prolonge. Les salariés à temps partiel ou en intérim et les apprentis ne bénéficient pas de cette garantie.

L’aide publique

L’ASP verse à l’employeur une allocation d'activité partielle financée par l'Etat et l'Unédic, dans la limite de la durée légale du travail ou, si elle est inférieure, de la durée collective du travail ou de celle stipulée au contrat :
. 7,74 € par heure chômée dans les entreprises de 250 salariés maximum
. 7,23 € dans les entreprises de plus de 250 salariés.

Cette aide est attribuée pendant la durée d'activité partielle autorisée et dans la limite d’un plafond annuel de 1 000 heures indemnisables (sauf cas exceptionnels résultant d'une situation particulière).

Pour les salariés en contrat d'apprentissage ou de professionnalisation, l'allocation versée ne peut être supérieure au montant de l'indemnité horaire due par l'employeur.

NB : dans des situations particulières (procédure de sauvegarde, redressement ou liquidation judiciaire...), l'ASP peut verser directement l'allocation aux salariés.

Engagements de l'employeur

Lorsque l'employeur a déjà placé ses salariés en activité partielle au cours des 36 mois précédant la date de dépôt de la demande d'autorisation d'activité partielle, il doit souscrire des engagements, qui peuvent notamment porter sur : le maintien dans l'emploi des salariés pendant une durée pouvant atteindre le double de la période d'autorisation, des actions spécifiques de formation, des actions en matière de GPEC, des actions visant à rétablir la situation économique de l'entreprise.

La Direccte fixe ces engagements (notifiés dans la décision d'autorisation) et peut demander le remboursement de l'allocation versée, en cas de non-respect de ces engagements, sans motif légitime.

Procédures

- Consultation pour avis préalable des représentants du personnel (CE, comité d’établissement ou, à défaut, délégués du personnel) sur la nécessité et les modalités de l'activité partielle, les actions de formation susceptibles d'être engagées pendant les périodes chômées.

- Demande préalable d'autorisation
d'activité partielle à l'UD Direccte, préalablement à la mise en activité partielle (ou dans les 30 jours en cas de sinistre ou d'intempéries). Elle précise les motifs du recours à l'activité partielle, la période prévisible de sous activité, le nombre de salariés concernés et, en cas de renouvellement, les propositions d'engagements de l'employeur. L'avis du CE (ou des DP) doit être joint à la demande.

- Notification de la décision à l'employeur dans les 15 jours (à défaut la demande est considére comme acceptée). L'autorisation est accordée pour 6 mois maximum, renouvelables.

- A l'issue de la période d'activité partielle : transmission à l'UD Direccte de la liste nominative des personnes concernées et les états nominatifs précisant les nombres d'heures chômées par salarié.

- Remise au salarié d'un document indiquant le nombre des heures indemnisées, les taux appliqués et les sommes versées au titre de la période considérée. Ce document doit être remis par l'employeur (ou, en cas de paiement direct, par l'ASP), à l'occasion du paiement de l'allocation d'activité partielle.

Les entreprises doivent effectuer leurs démarches de déclaration d'activité partielle directement en ligne grâce à un service dématérialisé : https://activitepartielle.emploi.gouv.fr. Ce service donne également accès à un simulateur.

Financeurs de la mesure

Vos questions

Pour toutes questions sur la formation

et les aides à l’embauche :

0 800 940 166

Dernières actualités

  • Nouvelles aides 
    en Nouvelle-Aquitaine
    Dans la rubrique "Se développer, innover, exporter", découvrez les nouvelles aides de la Région au développement des entreprises, à l'innovation, la transformation numérique ou énergétique, à l'export, etc...

Boite à outils GRH

  • Accords de branche

    Ces accords déterminent la mission de l'OPCA qu'ils désignent, les conditions de prise en charge et de mise en œuvre de certains dispositifs (CPF, professionnalisation, tutorat...). Ils peuvent instituer des contributions conventionnelles complétant la cotisation fiscale unique, pour développer la formation continue.

    Trouver son accord :

    Faites une recherche d'accord de branche en sélectionnant un secteur (sur site ARFTLV).

    Remplissez votre type d'activité afin d'obtenir les accords de branche liés à votre convention collective.

  • Trouver son OPCA
    Les employeurs du secteur privé doivent verser leur cotisation Formation à un OPCA (Organisme paritaire collecteur agréé), soit l'OPCA désigné par leur branche, soit un organisme interprofessionnel de leur choix. Ils peuvent aussi leur verser une cotisation volontaire.

    Ces organismes peuvent prendre en charge leurs dépenses de formation et leur proposer une offre de services (conseil, diagnostic...).
    Plus d'infos sur les OPCA

    Pour connaître votre OPCA, indiquez votre secteur d'activité dans la barre d'identification du site

A qui s'adresser ?

Unités Départementales de la DIRECCTE
Coordonnées